NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Toutes les actualités sur les NMB48.
User avatar
YuKoShibasaki
Upcoming Members|Upcoming Members|Upcoming Girls
Posts: 42
Joined: 19 Mar 2014, 22:35
Oshimen: Nagisa Shibuya
Groupe préféré: NMB48
Team préféré: Team M
Location: Souvigny

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by YuKoShibasaki » 07 Dec 2016, 22:22

Ce solo de Momoka, en soi, me plait qu'à moitié. Déjà parce que même si j'aime bien Momoka, qui a une personnalité vraiment à part, je l'aime pas au point de m'enthousiasmer à l'annonce de son solo. J'aurais préféré une unit, un truc qui sorte de l'ordinaire. Pour tout dire j'aurais aimé quelque chose qui se fera probablement jamais du coup: un morceau original du NMBand, avant que Keicchi ne parte.
Transitiooooon ! Oui, en effet, on en a parlé avec Koko sur Twitter, autant Milky a eu un dernier single exceptionnel, autant celui de Kei sera... je sais même pas quoi dire lol. Juste une chanson de grad et puis c'est marre. Même pas de clip. Alors que Momoka a une chanson + PV, le yuri gekijou, et je soupçonne toujours qu'elle ait soufflé l'idée dul thème du clip de la team M (ça sent la grad tout ça btw). Alors ok Kei c'est pas Milky, certes, mais ça reste une première gen, une senpai importante pour pas mal de jeunes (je sais que Nagisa est pas mal proche d'elle), donc ça me fait un peu mal de la voir partir comme ça, elle aura probablement pas de concert non plus...

Concernant la chanson de Momoka en elle-même, la chanson est vraiment cool ! J'ai hâte de la voir en live, Momoka chante plutôt bien, l'ambiance est cool. Le clip fait très Momoka^^ Avec les petites derrière haha. D'ailleurs, pour une fois, je trouve que le management fait les choses pas mal avec la 5ème gen. Entre celle qui sont sur ce morceau, Rei et Cocona sur la grad song de Kei, Aayan n'en parlons même pas, et la chanson des kks, c'est intéressant cette exposition rapide.

C'est vrai comme l'a dit KingKong48, Riripon a un peu vendu la mèche sur un futur morceau Riripon/Miru/Sayanee sur un futur single. Je trouve pas l'idée géniale, déjà encore Sayanee (on en a gros), et puis le line-updans son ensemble manque vraiment d'originalité quoi... Donnez des units à des filles qui ont pas grand-chose d'habitude, à toutes ces theater girls qui ont pas des masses d'opportunités,

User avatar
koko
Senbatsu|Senbatsu|Senbatsu
Posts: 1281
Joined: 21 Mar 2014, 23:10
Oshimen: Naiki Kokoro
Groupe préféré: NMB48
Contact:

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by koko » 11 Dec 2016, 15:28

la version ??? de boku igai no dareka a été révélé aujourd'hui lors du senshuraku de la team BII. Il s'agit d'une autre danse version mais chorégraphié par Kusaka Konomi!
ça fait donc 2 mvs dans un single dont elle a fait la chorégraphie (Kodoku guitar et cette version de boku igai no dareka) ! je suis super contente pour elle, a chaque single depuis durian shonen elle fait les chorégraphies de la team BII et sera maintenant sans aucun doute en charge de celle de la team N, c'est vraiment cool qu'ils lui donnent tant d'occasion!
Pour l'instant ma chorégraphie préférée de Konomin reste celle de "Kuufuku de renai wo suru na" mais les autres sont aussi super sympa!

son tweet à ce sujet :
Image

NMB48

User avatar
YuKoShibasaki
Upcoming Members|Upcoming Members|Upcoming Girls
Posts: 42
Joined: 19 Mar 2014, 22:35
Oshimen: Nagisa Shibuya
Groupe préféré: NMB48
Team préféré: Team M
Location: Souvigny

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by YuKoShibasaki » 11 Dec 2016, 18:53

Je m'attendais à un truc plus "original".
En plus le problème de la version Konomin (qui est en soi pas mal du tout), c'est qu'on va forcément la comparer à la version "classique", celle chorégraphiée par TAKAHIRO, et là évidemment y a pas photo... Je suis pas sûr qu'ils aient rendu service à Konomin sur le coup, ça fait un peu cadeau empoisonné. Puis j'aurais préféré qu'ils fassent un clip pour la grad song de Kei plutôt que ça.

User avatar
koko
Senbatsu|Senbatsu|Senbatsu
Posts: 1281
Joined: 21 Mar 2014, 23:10
Oshimen: Naiki Kokoro
Groupe préféré: NMB48
Contact:

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by koko » 11 Dec 2016, 20:51

je viens de voir la version courte de la version konomin et en effet je vais pas le nier mais je suis déçue...
initialement elle a fait du bon travail avec la chorégraphie, mais en la comparant à celle de TAKAHIRO, la sienne fait clairement plus amateur et ça c'était inévitable.
c'est un cadeau empoisonné comme le dit YuKoShibasaki, parce que ça ne met pas son potentiel de chorégraphe en valeur vu qu'on la compare à la chorégraphie originale. Et puis 3 mvs pour la même chanson dans un single c'est un peu trop du forçage, j'aurai moi aussi préféré un mv pour keicchi...
avec en plus en bonus DVD le concert sans sayaka commenté et non pas le concert seul, je suis un peu déçu du contenu du single...
Image

NMB48

User avatar
GLM48
Undermembers|Undermembers|Undergirls
Posts: 549
Joined: 25 Jul 2014, 12:27
Oshimen: DD
Groupe préféré: AKB48
Team préféré: Team K

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by GLM48 » 30 Dec 2016, 01:15

1st Day : 238,410 ex
Image

User avatar
GLM48
Undermembers|Undermembers|Undergirls
Posts: 549
Joined: 25 Jul 2014, 12:27
Oshimen: DD
Groupe préféré: AKB48
Team préféré: Team K

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by GLM48 » 05 Jan 2017, 01:44

1st Day : 238,410 ex
2nd Day : 11,706 ex
3rd Day : 6,504 ex
4th Day : 3,929 ex
5th Day : 1,911 ex
6th Day : 1,690 ex

TOTAL : 264,150 ex

Si on compare avec leur Singles Sortis cette année :
Ventes de la Première Semaine :

1. Boku wa Inai : 304,315 ex
2. Boku Igai no Dareka : 264,150 ex
3. Amagami Hime : 230,163 ex
Image

User avatar
Lily
Next Members|Next Members|Next Girls
Posts: 344
Joined: 15 Dec 2015, 21:35
Oshimen: 宮澤佐江
Groupe préféré: HKT48
Team préféré: Team H

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by Lily » 05 Jan 2017, 16:03

Les ventes sont vraiment pas mal du tout !
Je m'attendais un peu à ce résultat, haha. Cette chanson est une bombe !
Certes, il n'a pas encore atteint les ventes de 'Boku wa inai' parce que Milky départ oblige, mais c'est déjà vraiment pas mal par rapport à Amagami Hime (qui était super bof comme single).
Après, bien sûr, c'est que la 1ère semaine de vente, la question est la suivante : est-ce que le single va dépasser les ventes de Boku wa Inai en seconde semaine ?
Je l'espère, bien évidemment. :D

User avatar
GLM48
Undermembers|Undermembers|Undergirls
Posts: 549
Joined: 25 Jul 2014, 12:27
Oshimen: DD
Groupe préféré: AKB48
Team préféré: Team K

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by GLM48 » 09 Jan 2017, 21:08

1st Week : 266.813 ex

Si on compare avec les autres 48 / 46

Classement des derniers Singles 2016 :
1st Week

1. AKB48 - High Tension - 1,180,047 ex
2. Nogizaka46 - Sayonara no Imi - 827,717 ex
3. Keyakizaka46 - Futari Saison - 442,322 ex
4. HKT48 - Saikou ka yo - 269,907 ex
5. NMB48 - Boku Igai no Dareka - 266,813 ex
6. SKE48 - Kin no Ai, Gin no Ai - 251,639 ex
Image

User avatar
KingKong48
Upcoming Members|Upcoming Members|Upcoming Girls
Posts: 95
Joined: 05 Jun 2016, 20:52
Oshimen: Yamamoto Sayaka
Groupe préféré: NMB48
Team préféré: Team N

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by KingKong48 » 18 Jan 2017, 23:16

MON AVIS SUR «BOKU IGAI NO DAREKA»
Image
Boku Igai no Dareka est le 16ème single des NMB48 et cloture une année du 48/46 bien remplie. Si on regarde l’année 2016, il s’agit du 3ème single des NMB (contre 4 chez les AKB, 3 chez les Nogizaka46 et les Keyakizaka46, 2 chez les SKE et les HKT, et… 0 chez les NGT, mais ça va venir, on sent un frémissement). On ne va pas se plaindre, 3 singles par an, c’est bien.

Je voulais indiquer les chiffres de ventes (pour faire une superbe review comme celles de Nikache), mais les chiffres divergent comme c’est pas permis. Apparemment en day one ça aurait fait dans les 233 000, ce qui ne me semble pas terrible, mais j’ai aussi vu du 364 000... ce qui me semble improbable comme écart ! (C’est probablement les chiffres de la CGT et de la police). Et bien qu’il y ait des personnes qui font un travail fabuleux en indiquant régulièrement sur le forum les chiffres de ventes, je me suis dit que le mieux serait de vous dire qu’un certain nombre d’exemplaires a été vendu et que ça fera notre joie (si vous voulez des chiffres précis ou des vraies analyses plus poussées, attendez les prochaines releases de Nikache ou de Gocchisama, moi je fais ce que je peux ! ^^)

Avant de commencer, petit flashback sur les deux précédents singles de 2016 :

Amagami Hime, une chanson que j’ai trouvé plutôt moyenne, car assez plate avec un rythme mou et sans dégager vraiment d’émotions pour contrebalancer cette absence de rythme. Cependant, cette chanson proposait un très beau PV (les plans dans la cage, magnifiques, et une histoire assez surprenante ! Je vous invite d’ailleurs à (ré)écouter l’excellent podcast correspondant pour plus de détails).

Cette face A était également accompagnée de faces B fort sympathiques : l’indispensable 365nichi no Kamihikouki (en solo) ou par exemple Niji no Tsukurikata, le titre qui a la patate et qui donne la banane).

Boku wa inai, mon coup de cœur de l’année 2016, n’est ni plus ni moins que l’héritage (en anglais « the legacy ») laissé par Milky aux NMB. Car si Ima Naraba marque la fin d’une ère, celle du Saya-Milky, le binôme qui montre le chemin aux NMB tel Moïse ouvrant la mer en deux, Boku Wa Inai dans sa forme, préfigure ce que Boku Igai No Dareka va nous proposer : l’ouverture d’un présumé nouveau chapitre sur les bases de cet adieux.

En effet, une fois Milky partie, on aurait pu s’attendre à ce que le center soit confiée à une personne « fixe ». A fortiori, l’ « héritière officielle » désignée pour le center est Mirurun qui la « performe » la plupart du temps en center. Mais on a quand même assisté à un rare défilé de center différentes dans un très court laps de temps, ayant performé au moins une fois cette chanson en live : Mirurun donc, la « petite nouvelle » Yamamoto Ayaka, en passant par Ota Yuuri ou Jonishi Kei… C’est quand même un phénomène pas très courant.

Dans le même genre de center tournant sur un nombre inhabituellement et relativement important de membres, on pourrait citer Heavy Rotation chez les AKB qui est un peu dans le même cas, avec Mayu qui à repris « officiellement » le center après le départ de Yuko (le « demi grand écart » en moins, c’est vrai…) avec parfois un « prêt du center » à d’autres, y compris Paruru, ce qui était finalement une très bonne idée car c’était aussi surprenant que réussi !

Bref Boku Wa Inai fini par me donner un peu l’impression qu’il s’agit d’une chanson dont le center appartient à tout le monde et que chacune pourrait avoir la chance de la performer en center, à part peut être Sayanee, qui laisse le soin aux autres membres d’assurer le center de cette chanson pour une fois. Ce qui n’est pas anodin quand on voit le début du PV de Boku Igai no Darera comme on le verra un peu plus loin.

Et puis cette chanson c’est un « instant classic ». Comment ne pas succomber au charme de l’intro, à ses violons endiablés, à sa chorégraphie (cette rotation de tête dont je ne me lasserai jamais même si ça a déjà été fait ailleurs, ces « coups de genoux latéraux», ces robes magnifiques en live et ce mélange de mélancolie et de positivisme. Et puis on avait aussi des petites pépites en face B comme Shortcut no natsu, une véritable vague de fraîcheur et un plaisir à écouter.

Après ce petit flashback, il est temps de découvrir ce que propose ce 16ème single et de le mettre en perspective avec ces deux prédécesseurs..

Saviez vous qu’en numérologie, le nombre 16 est plutôt négatif et symbolise la destruction. C’est le nombre des ruines, des catastrophes, des chutes, des séparations, des liaisons secrètes, de l’échec, ou de la sexualité malsaine... (et pour celles et ceux que ça intéresse, selon R. Allendy, il représente également "le rôle du Karma 6 dans l'unité cosmique 10 ». Gros dossier…).

Pour celles et ceux qui croient en la numérologie, ça pourrait faire peur, d’autant plus qu’il n’est pas forcément évident d’enchaîner deux excellentes face A à la suite ces derniers temps dans le 48… Mais comme on dit au pensionnat de Chavagne : « discipline stricte et travail acharné triomphent de toutes les difficultés » (c’est également la formule qu’applique podcast48 pour vous offrir régulièrement des podcasts aussi réussis, surtout la discipline stricte...). De plus, il s’agit de la première fois depuis le shuffle du 6ème anniversaire des NMB48 que les nouvelles teams (après un rééquilibrage fort intéressant) sont à l’œuvre dans les PV ce qui assure un minimum de renouveau..

Premier contact avec la bête : les pochettes. On sait que traditionnellement, il ne s’agit pas du point fort des NMB48. Jetons donc un rapide coup d’œil (pas trop fort, c’est douloureux) avant de nous attaquer à ce qui nous intéresse surtout, la musique et les clips.

TYPE A
Image


Je trouve que cette pochette est plutôt réussie. Avec les 3 leaders de team (Mirurun, Sayanee, Fuuchan) et « Janken » Nagisa pour le bandeau du haut et en bas celle qui sont peut être de futures leaders ou au moins qui devraient jouer un rôle important dans un avenir plus ou moins proche (Asuza, Yuuri, Aayan et Riripon).

Si la ligne du bas fait un peu identification de criminel (à cause des lignes), je trouve que la pochette est plutôt sympa. Elle me fait beaucoup penser à ce qui se faisait dans les affiches de films d’horreur dans la seconde moitié des années 90 (Scream, souviens-toi l’été dernier, Urban Legends…) avec les portraits des principaux protagonistes côte à côte. Dommage pour le décor de fond (le grillage n’est pas super non plus) car on aurait pu tenir une pochette très classe.

TYPE B
Image


On dirait une repompe maladroite de don’t look back mais en moche (déjà que don’t look back c’était très spécial comme concept de pochette…). C’est d’ailleurs la moins réussie d’après moi. Pour rajouter de la bizarrerie à l’aspect « j’te pète la rétine avec mes couleurs flashy », les portraits de membres sont positionnés à la verticale afin de vous péter aussi les cervicales (les plus malins auront toutefois compris qu’il suffit de faire pivoter la pochette avec les mains…).

TYPE C
Image


C’est la pochette qui illustre le mieux ce que l’on voit dans le PV (que l’on verra plus bas donc…). Assez content des membres choisies sur cette versions de pochette. Malheureusement, l’ensemble fait un peu collage dégueulasse de pub d’hypermarché et on voit bien que le premier plan et le second plan sont deux photos différentes assemblées. Du coup ça ne va pas du tout ! Les filles du second plan devraient regarder vers le micro tenu par Sayanee et là ça part un peu dans tous les sens ! L’idée était bonne, mais la réalisation est complètement ratée. N’aurait t’il pas été plus simple et efficace de faire une seule photo même si c’était un peu au détriment de la lisibilité de l’image ?
TYPE D
Image
J’ai entendu et/ou lu que celle ci aussi faisait collage foireux également. Pour celle-ci, je ne suis pas d’accord, je la trouve plutôt correcte (et je ne dis pas ça parce que c’est Sayanee, ils auraient pu mettre Aayan d’ailleurs, ça aurait aussi bien fonctionné je pense. Peut être auraient-ils un peu plus galère pour les cheveux à la rigueur, mais c’est sans doute un peu trop tôt pour la mettre seule sur une pochette par rapport à l’image surpuissante de Sayaka sur le public). En tout cas les couleurs sont très réussies, l’idée est sympatoche, j’aime beaucoup.

THEATER EDITION
Image


Finalement, c’est peut être cette version que je trouve la plus intéressante : Coupée en diagonale, la pochette montre un face à face, un peu à l’image d’un jeu de versus fighting où les deux portraits de combattants s’affichent avant que le premier round ne débute. Mais pas n’importe quel face à face : La potentielle future poids lourds du groupe (je ne parle pas de kilos, calmez-vous…) Aayan, et l’actuelle leader incontestée du groupe, Sayanee. On peut y voir une symbolique, mais moi ce qui me plait dans cette pochette en dehors de ce côté symbolique et qui est aussi en rapport au clip que nous verrons ci-dessous (pas de panique, c’est imminent ! Promis !) c’est l’esthétique de l’image. Entre une Sayanee en noir sur fond noir, sur la partie haute de l’image, prise de plus près donc qui prend plus de place sur l’image en tant que leader, qui scrute une potentielle « challengeuse » avec une expression assez neutre et une Aayan, certes en noir aussi mais qui ressort beaucoup avec son visage fort blanc et le fond plus clair et ce petit sourire plein de malice, je trouve ça assez stylé.

Pour résumer, pour moi, les plus belles pochettes sont la theater edition, la A et la D qui globalement font plutôt le taf. Par contre la B et la C sont vraiment ratées. On notera le grand chelem de Sayanee qui apparaît sur toutes les pochettes (et non, si vous voulez savoir, je ne suis pas en train de me rouler sur la moquette…)


BOKU IGAI NO DAREKA

Cette face A m’a fait très très peur la première fois que je l’ai entendu par le biais de la short version du PV. En effet, la première partie de la chanson s’ouvre sur une sorte de rap battle. Hors j’ai beaucoup de mal avec le rap dans les groupes d’idols (oui, ça se prononce « aï-dols » en anglais et en japonais non officiel : « Aï-do-lou »). Je trouve que se sont deux styles qui ne se mélangent vraiment pas bien (on n’est pas chez Linkin Park). Autant j’ai trouvé que Green Flash avait une belle mélodie, autant les parties rap m’ont complètement gâchées la chanson. Sur High Tension, pas fan non plus des parties « hip hop » surjouées et franchement pas naturelles. J’ai eu le même sentiment à l’époque sur la chanson because of you du groupe sud-coréen Afterschool qui était vraiment une belle chanson en soit mais qui était complément ruinée par son intro rappée (je ne parle pas de carotte !)... en tout cas dans sa version coréenne car le groupe à aussi sortie une version japonaise avec une partie rap largement atténuée et ça passe du coup beaucoup beaucoup beaucoup mieux (superbe chanson !).

Si on s’intéresse de plus prêt à la partie rap, ce qui interpelle à l’écoute, comme dirait à juste titre Misaki, c’est que ça sonne « trop forcé ». En particulier Sayanee (mais qui par contre fait vachement mieux le demi grand écart que Mayu…). On sent que ce n’est pas trop son registre habituel. Ça fait « fake ». Pourtant, très vite je m’y suis fait. Plusieurs raisons à celà.

D’abord les parties rap sur l’ensemble de la chanson (qui dure un peu moins de 4 minutes) ne représentent qu’une petite partie de ladite chanson, à savoir l’intro principalement et par petites touches (assez subtilement bien intégrée d’ailleurs) ici ou là au fil du morceau. Cette partie rap du début constitue finalement une rampe de lancement à la déferlante qui va suivre.

Ensuite, une écoute un peu plus attentive permet de se rendre compte que ce morceau mélange au moins trois styles de musique différents (mieux que Dash 2 en 1 !) :

1 - Le rap : principalement pendant l’intro et par petites phrases de temps en temps lors de break ou pour dynamiser une fin de phrase ou lors de quelques onomatopée visant à maintenir le rythme sans baisse de régime (ça meuble). C’est quand même bien vu car les parties intégrées à la chanson une fois lancée passent très bien sans problème. En résumé, c’est pas comme Benny B, mais c’est bien foutu.

2 - Le rock : vous l’entendez la grosse guitare quand Sayanee entonne les premiers mots de rap et que l’on entend en soutien quasiment durant tout le morceau ?

3- La musique électronique (finalement, le gros beat est la composante principale de cette chanson). Assez surpuissant, mais pas écrasant comme dans le néanmoins très bon Seishun no lap time.

Globalement, l’instru est très difficile à décrire car il mélange constamment les 3 styles avec pas mal de variations. Il y a finalement beaucoup de chose intéressantes dans cet instru qui laisse de surcroît beaucoup plus de place au chant qu’il n’y paraît lors les premières écoutes.

Mais ce qui est assez énorme dans cette chanson, c’est que j’ai un peu l’impression d’être comme dans un roller coaster. Avec des parties de préparations au grand frisson (la partie rap/rock du début, assez lente comme lorsqu’on grimpe la pente du grand 8) jusqu’à nous amener à la partie « rouleau compresseur » du refrain et du beat électronique. Et la c’est du oh my god ! Fini les rhumatismes de mamie, la voilà qui se dandine et bouge dans tous les sens ! Et c’est normal, l’énergie insufflée dans cette portion dépasse l’entendement ! Rien que ça, ça m’a complètement fait évacuer ce « stress » de la partie rap du début. Maintenant elle passe plutôt bien et je pense que c’est dû totalement à la construction astucieuse du morceau.

Alors maintenant, c’est vrai, je suis plus attiré par Boku wa Inai en terme de sonorités que par Boku Igai no Dareka. Musicalement, il est certain que je préfère les violons aux sonorités électroniques un peu pauvre (les 10 premières secondes du morceaux par exemple), mais c’est le gloubiboulga entre les différents styles musicaux ainsi que du chant que je trouve excellent sur cette face A. Au final, ça fonctionne très bien ensemble.

Globalement les instruments sont d’une qualité très satisfaisantes et le mixage est vraiment bon. Il y a encore de grosses disparités entres les chansons (par exemple, si j’adore la chanson Shortcut no natsu, la qualité sonore de l’instru était vraiment dégueulasse !), mais on n’a pas de motif pour se plaindre de la production avec cette face A (les faces A sont de toute façon plus soignée).

Côté vocal, c’est aussi un déferlement d’énergie avec énormément de variations, de passages en canons, de phrases qui se répondent, qui s’entrelacent, avec des tonalités différentes. C’est une véritable tempête de jolies voix qui se croisent et se décroisent en rythme. Rythme qui ne baisse pas d’intensité et est de plus relancé sans cesse par les petites onomatopées du plus bel effet (comme les « ha ha » ! et autres joyeusetés). J’adore la partie vocale. Et puis à un moment Sayanee dit Aishiteru, et ça, même si ça ne nous est pas adressé directement, ça ne se refuse pas (Amore !).

SELON MON INTERPRETATION PERSONNELLE

La chanson parle de choses très intéressantes puisque (selon mon interprétation personnelle ^^) ça parle de Sayanee au sein des NMB tiraillée entre son besoin de s’éloigner ou de partir du groupe pour que celui ci s’épanouisse et le fait qu’elle aime pourtant énormément ce groupe. Ensuite elle dit qu’elle sait que quelqu’un d’autre leur conviendra parfaitement pour une durée d’une ou dix année (donc un pillier qui pourrait très bien mener le groupe pour une courte transition avant de quitter à son tour le groupe ou un nouveau leader incontesté pour les 10 prochaines années). Elle demande ensuite pourquoi elles la regardent avec tristesse et pensent peut être que son départ est égoïste (projet solo) et elle leur dit que si elles comptent toujours sur elle, elles resterons faibles. Ce nouveau leader elle devront le trouver pour leur bien. Mais la fin est carrément triste car elle cloture cette exposition du « je vous aime mais je dois partir pour votre bien » d’une drôle de façon : si j’ai bien compris, elle dit que quelqu’un d’autre qu’elle les chérira et que le fait d’avoir été réuni était une erreur du destin. Bref, c’est un chef d’œuvre !

LE PV

L’originalité de cette face A, c’est qu’elle a 3 PV pour elle toute seule :

- Le PV « classique » avec « l’histoire »
- La dance version « normale » (qui prend vraiment tout son sens ici. La dance version inutile ? cette blague ! Cf le sujet que j’ai posté sur le forum je ne sais plus ou je ne sais plus quand mais en cherchant dance version, ça doit se retrouver facilement)
- Une seconde dance version avec une chorégraphie crée par la membre de la team N Kusaka Konomi.

Voyons voir les spécificités de chaque version :
Image
Le PV classique débute par la fameuse scène du golden micro, très commentée lors de la mise en ligne de la version short du PV. On y voit Sayanee faire face aux autres membres du groupe et sans un mot, leur jette le Golden Micro. Le fait que ce soit le micro en or symbolise le top of the top, l’élite, le leader et donc qu’il s’agit d’un micro très important (un peu comme dans Kibouteki Refrain et son armada de membre « sousenkyable » qui protège leur golden micros). Mais surtout qu’il s’agit ici d’un possible passage de relais du leadership. En gros trouvez parmi vous celle qui vous mènera pour les prochaines années (comme on l’a vu dans l’analyse des paroles).

Visuellement, je passe sur l’effet cinématographique avec deux bandes noires gigantesque en haut et en bas de l’image, je l’ai déjà dit, je n’aime pas ça. Le clip en lui même est plutôt réussi, même si il y a des hauts et des bas. D’un côté on a de belles images (le groupe qui marche, au début, pour arriver jusque Sayanee par exemple) et après on a le petit décor gris qui n’est pas moche-moche, mais qui fait un peu misérable (celui où on voit les bouts de la chorégraphie)…

Et puis après on à Sayanee qui gesticule dans tous les sens comme un pantin désarticulé : ce n’est pas possible ! Personne ne s’est rendu compte que ça ne ressemblait à rien ? Par contre en réponse à ça on a de très beaux plans sur les filles qui lui donnent la réplique (c’est à dire à peu près une dizaine de filles sur la vingtaine sur cette chanson).

Puis s’enchaîne les plans sur cette incroyable chorégraphie qui justifie à elle seule de se faire la dance version en boucle (on verra ça après) . Et après ça enchaîne avec des plans superbes avec des flaques d’eau géantes et de belles couleurs. Mention spéciale sur les gros plans (humides ou sec) et la chorégraphie exécutée sur l’eau qui décolle dans des gerbes magnifiques (ça c’est over 9000 !). C’est é-nor-me ! C’est super beau !

On retrouve la dualité de la pochette de la theater edition ou Aayan fait face à Sayanee. C’est très bien mis en scène après une partie chorégraphique elle aussi bien enchaînée (Chorégraphie autour de Murase Sae, puis solo dancing de Yoshida Akari et la partie « zombie » juste avant le face à face)

On a aussi droit à de beaux plans fixes des membres qui rendent super bien (avec de la « neige » qui tombe). Je trouve que les plans fixes d’un groupe, comme ça, ça marche toujours bien (ça marchait très très bien sur Kin no Ai, Gin no Ai des SKE sur le toit).

Je ne m’étends pas sur la fin du clip qui est la chorégraphie que nous allons voir dans la dance version juste quelques lignes plus bas (si vous êtes toujours là…). Toutefois, à la fin du clip, on voit la fin de la scène d’intro avec le golden micro : toutes les filles du groupe faisant face à Sayanee courent les bras en avant pour rattraper le micro. Une façon de répondre au « à vous de jouer maintenant » de Sayanee par un collégial « je suis prête ».
Image Image
La dance version c’est ce qu’il ne faut absolument pas rater dans ce single. C’est l’attraction principale. L’union parfaite entre une musique qui envoie du paté et une chorégraphie exceptionnelle. Honnêtement, je ne m’attendais pas à une chorégraphie de ce niveau. Cette année, on a eu une des chorégraphies les plus réussie de tout le 48/46 avec le Silent Majority des Keyakizaka. C’était une chorégraphie parfaite qui m’a mise sur le popotin. Par le passé on a eu aussi des belles chorégraphies : chez les AKB (j’avais adoré Everyday Katyusha par exemple), chez les SKE (Pareo Wa Emerald, formidable !), chez les HKT (le suki suki skip c’est génial !) mais malgré tout c’était des chorégraphies efficaces, très agréables à regarder, mais on restait dans quelque chose de relativement simple sur le plan artistique. Alors que sur Silent Majority, c’était déjà d’un autre niveau. On n’était plus dans la chorégraphie mignonne et dynamique qui accompagne la musique, mais plutôt dans la chorégraphie fait partie intégrante de la chanson. La chorégraphie est aussi importante que la chanson car ça a été pensé comme un ensemble. On n’habille plus une chanson par une chorégraphie, la chorégraphie et la chanson sont indissociable. Bien sur, on peut écouter la chanson sans voir la chorégraphie, mais forcément on aura en tête la performance scénique qui est aussi puissante que la chanson elle même.

Pour moi c’est encore plus spectaculaire que Silent Majority. Pendant 4 minutes, c’est le feu, le feu, le feu ! C’est comme un feu d’artifice ou un tir de canon ininterrompu : on s’en prend plein la tête. Cette chorégraphie est extrêmement riche et dense. On compte un nombre de mouvements différents qui s’enchaînent sous nos yeux ébahis et qui demandent parfois un niveau de technicité qui me semble quand même d’un très bon niveau.
Image Image
(la partie au sol fait fortement penser à la natation synchronisée. En live, c’est super impressionnant de voir ça en plein milieu de la chanson).
On note par ailleurs que si officiellement la center est Sayanee, on peut dire je pense qu’Aayan fait figure de double center de cette chanson puisque que lorsque Sayanee s’éclipse, c’est pour laisser la palace à Aayan et inversement, ou alors les deux sont devant ensemble, toujours selon la logique de réponse à l’autre comme dans la rap battle.

Notons au passage la synchronisation impeccable en début de Chanson lorsque Sayanee et quelques membres commencent le mouvement de danse avec les bras, Aayan se cale exactement sur le mouvement de Sayanee en aveugle puisqu’elle est devant Sayanee. C’est super impressionnant, surtout en live.
Image
Passage un peu étrange et éventuellement risqué (écartez-vous !), le « roulade par dessus le capot », à la Starsky et Hutch
Le bon point de la dance version, c’est que l’on voit un peut tout le monde et comme dans ce clip il y a pas mal de mouvements, y compris sur les côtés et à l’arrière, notamment avec le solo de dance de Reinyan c’est un festival ! Non franchement, je n’ai jamais vu une chorégraphie comme ça. C’est un truc de malade ! Quel que soit le moment ou l’endroit où on regarde il se passe quelque chose avec des mouvements alternés ou décalés voire différents.
Image
Soloooooooooooo !!!
Le titre est physique. Heureusement que toutes les chansons ne sont pas comme ça, sinon un concert de 2h comme ça personne ne tient.
Image
Pour les plus athlétiques d’entre vous, essayez le mouvement « back from the dead », à la manière d’un zombie, ce n’est pas évident, il faut pousser comme un bœuf sur les cuisses et s’appuyer sur les pieds dans une position peu évidente. Pour les autres, laissez faire les pros, « don’t try this at home » comme on dit à la WWE…
Image Image
Partie extrêmement dynamique et centrale de la chorégraphie, le « secouage »
Pour résumer, pour moi cette chorégraphie met cher à peu près tout ce qu’on a vu jusqu’ici et ce sentiment est d’autant plus amplifié que je ne m’attendais pas à voir un truc pareil. C’est un spectacle à part entière. J’ai été bluffé et forcément, je suis très content de voir une chorégraphie de ce niveau !
Image
La dance version de Kusaka Konomi à des avantages et des inconvénients. Commençons par les « inconvénients » :
- J’ai lu/entendu dire que 3 versions pour un même clip, ça fait beaucoup, que c’est trop et que du coup « c’est dégueulasse, il n’y a pas de clip pour la chanson de départ de Keicchi » (c’est vrai que ça aurait été dégueulasse !). Cet argument n’est pas ou plus valable puisque d’une part il y a bien un clip pour Jonishi Kei (voir plus bas, on en reparle, continuez de creusez…) et d’autre part, quand on a les moyens de tourner une dance version en Thailande pour Boku wa inai, on a l’argent pour faire 2 dance versions en plus d’un clip dans le même petit local et un clip de départ en prime, ne serait que sur un vieux fond blanc. L’argument qu’un clip prend la place d’un autre ne me convaincra jamais. Bref ceci n’est pas ou plus un inconvénient.
- Le vrai inconvénient, c’est que forcément on va comparer les deux dance versions et on peux faire preuve d’une belle créativité artistique, quand en face tu as une chorégraphie de monstre, ça va être compliqué de tenir la comparaison. Cette dance version de Kusaka Konomi est tout à fait honorable, mais elle est victime de la première qui est juste un chef d’œuvre. C’est comme si je dessinais un superbe petit Mickey et que je l’exposais à côté d’une peinture de Jacques Louis David. Même si mon Mickey est exceptionnel ce n’est pas exactement pareil qu'une peinture de maître. Et pourtant elle s’en est superbement bien sorti je trouve avec d’autres mouvements très intéressant (ce qui se substitue au « secouage » par exemple, je trouve ça assez stylé aussi, ça me fait penser à des poses à la Saint Seiya…).
- On perd la dualité Aayan/Sayanee… Mais du coup on a un peu plus de Miru qui n’est pas spécialement trop en avant sur les autres versions.

Les avantages :
- On met en avant la valeur artistique d’une membre (peu mise en avant habituellement en plus), ce qui ne peut être que positif.
- Nouveau screen time pour tout le monde !
- Abondance de bien ne nuit pas. : on nous propose 3 versions, je prends.

J’accueille plutôt favorablement cette idée de laisser s’exprimer une membre en lui permettant de proposer sa propre chorégraphie. Oui c’est vrai, 3 versions ça fait beaucoup, mais comme ça ne se fait pas au détriment d’autre chose comme on va le voir juste en dessous, c’est toujours bon à prendre.
La partie 2 sur les faces B est un peu plus bas...
Last edited by KingKong48 on 23 Jan 2017, 21:15, edited 1 time in total.

User avatar
el magnifico48
Undermembers|Undermembers|Undergirls
Posts: 980
Joined: 20 Mar 2014, 01:39
Oshimen: Shiraishi Mai
Location: Quelque part dans le sud

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by el magnifico48 » 19 Jan 2017, 11:19

Très bonne critique, vivement la partie 2.

User avatar
KingKong48
Upcoming Members|Upcoming Members|Upcoming Girls
Posts: 95
Joined: 05 Jun 2016, 20:52
Oshimen: Yamamoto Sayaka
Groupe préféré: NMB48
Team préféré: Team N

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by KingKong48 » 19 Jan 2017, 18:34

MON AVIS SUR LES AUTRES CHANSONS


Tochuu Gesha

La Face B “principale” est consacrée à Jonishi Kei, qui va malheureusement prochainement nous quitter. Cette chanson de départ, je l’aime beaucoup. La chanson, qui dure presque 5 minutes 30 commence par de la guitare acoustique qui accompagnera le chant tout le long du morceau. Un chant qui inspire une certaine sérénité, un peu comme le rythme lent imprimé par la batterie. A cela s’ajoute du violon et des petites clochettes du plus bel effet et par moment une petite pointe assez discrète de guitare électrique pour habiller un peu le morceau.

Nous avons ici une bien belle ballade plutôt bien réalisée, même si à 3’25 on a un petit passage instrumental un peu particulier pendant 25 secondes environ. Il y a vraiment de très beaux passages, comme à 4’15, ou la partie en canon qui la précède.

Ce n’est peut être pas la chanson la plus époustouflante de l’univers, mais c’est du beau boulot. Je la réécoute à chaque fois avec grand plaisir. Une chanson qui ne verse pas trop dans la mélancolie mais qui célèbre plutôt la fin d’un beau chapitre, d’une belle histoire. En tout cas on ne voit pas les 5 minutes passer et la chanson bénéficie en plus d’un bon mixage et d’un son de qualité (ce qui est souvent le cas pour les ballades, c’est vrai).

J’en suis très content parce que Jonishi Kei est vraiment une membre que j’aime beaucoup et cette chanson est une très belle réussite.

SELON MON INTERPRETATION PERSONNELLE

La symbolique du chemin parcouru et de l’avenir qui se révèle encore long est omniprésente dans cette chanson. Pour atteindre son but, il faut savoir prendre son temps. La vie est ici symbolisée par un train que l’on prend avec ses ami(e)s. Ces ami(e)s qui parcourent le même trajet que nous pendant un temps avant de descendre à des stations différentes. Chacun doit pouvoir choisir le moment ou il descend du train et réfléchir à ce qu’il souhaite faire ensuite de son avenir.

LE PV
Image
Car oui il y a bien un PV ! Certes il a la particularité de ne pas accompagner les singles, mais d’avoir été dévoilé sur la chaîne youtube des NMB48. C’est vrai que ça aurait été dégueulasse de ne pas faire de PV pour son départ. Car même si elle n’a jamais été dans le senbatsu du sousenkyo comme Milky ou Sayanee ou qu'elle ne dispose pas du piquant qui faisait tout le charme de Yamada Nana, Jonishi Kei c’est un pilier des NMB. Pas vraiment en première ligne, mais jamais bien loin, elle faisait un peu à la manière d’un demi de mélée au rugby le lien entre la ligne avant et la ligne arrière. Dans le groupe, c’était probablement un élément de cohésion. Jamais exubérante, dotée d’une certaine sagesse et d’une apparente sérénité, mais aussi pouvant être très drôle et semble t-il à l’écoute de tout le monde. Sans avoir l’envergure, la médiatisation du duo Saya-Milky (mais quand même 36ème il y a deux ans lors de sa dernière participation au sousenkyo, juste derrière Fujie Reina et Shiroma Miru), son rôle n’en était pas moins important. En gros pour moi c’était un peu le lieutenant des NMB, le bras droit. Celui qui est un peu dans l’ombre, parfois sous la lumière, mais qui est le ciment de l’édifice.

Mais revenons à nos moutons, le PV ! Il y aura sûrement des esprits chafouins qui viendront sûrement se plaindre que c’est un peu comme Ima Nareba : ce n’est pas un vrai clip, la plupart du temps on a des extraits de sa carrière depuis son début chez les NMB48 (de son audition notamment). D’abord je voudrais dire à ces gens que « je ne les entends pas, on vient de me péter mes lunettes », ensuite j’ai envie de dire qu’il y a du progrès on est passé des photos à de la vidéo et ensuite, c’est tout l’intérêt d’une clip de départ ! C’est un peu comme quand on se sent mourir, on voit toute sa vie défiler en quelque secondes paraît t-il. Et bien ici c’est pareil sauf que c’est mieux, personne ne meurt ! Notons que le clip est full screen et pas en vieux cinémascope pourri !

Par contre, on a bien un embryon d’histoire avec la Keicchi actuelle qui prend le train, symbole du départ. En plus ces images « actuelles » sont vraiment belles et moi ça me fait plaisir de revoir ces images d’archives qui montre le chemin parcouru, les moments de joie qui ont certainement côtoyé des moments plus difficiles. Par contre la chanson + la vidéo, ça peut faire couler quelques larmes quand même… (j’en suis à 10 litres déjà). Mais ne soyons pas trop triste car comme le laisse entendre la fin de clip, si Kei s’en va, Rei prends le relais, et ça c’est beau !

_______________

KODOKU GUITAR (Team N) (Type A)

On sort les guitares électriques ! la chanson de la team N est assez rythmée et dispose d’une passages entêtants. Même si la chanson diffère de Inoshi no Heso, on retrouve un aspect bien rock qui ne peu que me plaire. A 2’50, je suis en feu, la guitare s’exprime et enchaîne sur un solo de guitare de près de 25 secondes ! Un solo de guitare dans le 48/46, ça ne court pas les rues, surtout qu’ici il est bien mis en évidence et pas étouffé par un quelconque beat trop fort. J’en pleurerais presque d’émotion, mais j’ai tout donné sur le PV de Jonishi Kei.

Que dire de plus ? La chanson est très bonne, avec pas mal de variation et un rythme relativement soutenu, avec des lyrics qui pulsent à mort. Je ne sais pas pourquoi, mais la partie vocale me fait penser un peu à du SKE par moment (de 0’58 à 1’26 par exemple). Sûrement une hallucination auditive ! En tout cas j’adore cette chanson. Titre efficace avec (c’est incroyable) toujours une production de qualité. 4’30 de plaisir.

SELON MON INTERPRETATION PERSONNELLE

Bon alors là c’est assez simple, c’est une invitation à jouer de la guitare et à exprimer ses émotions par les accords, même si tout le monde s’en fout de ce qu’on joue.

Le PV
Image
(Shu à la baguette !)
Le clip accentue le coté « badass » de la chanson : costumes noirs vaguement gothiques, guitares électriques, jeux de lumières très inspirés des Keyakizaka, couleurs assez magnifiques dans les tons bleu, vert et rose.

La chorégraphie est plus simple que celle de la Face A, mais elle est quand même assez stylée et visiblement c’est Shu à la manœuvre (c’est marrant à 3’02, on dirait qu’elle fait le « cri de Munch » ou Kevin dans « maman j’ai raté l’avion » quand il met de l’aftershave. Mais elle rit, donc ça ne doit pas être ça…). Ça colle en tout cas très bien avec le chant et la musique. On constatera au passage une tentative de record du monde de poses badass et que Miorin vient de tenter une mutation en femme fatale…

On a vraiment un très très beau clip avec des visages magnifiquement habillés par les diverses lumières de couleur et à 4’26, très beau vernis à ongle de Riripon ! Bref, regardez ce PV !

_______________

KOI WA SENAN (Team M) (Type B)

On change de registre avec la team M une chanson plus calme, sans pour autant être mollassonne car le phrasé est assez rapide sur une bonne partie de la chanson. Les petites cloches (qu’on entend dès le début) me font un peu penser à un Jingle de publicité à Noël sur M6 ou TF1 (voire un jingle du Club Dorothée vacances d’hiver…). L’instru en lui même est sympa avec de la guitare tantôt discrète, tantôt plus présente et une ribambelle d’autres sonorités qui se greffe ici et là. Par moment on a des sonorités qui font presque un peu western pour les guitares. A 3 minutes on a encore un petit solo de guitare, plus sage, mais auquel je ne m’attendais pas. C’est plutôt original et bien fait.

Les voix sont plutôt jolies. Par contre le refrain est peut être un peu répétitif. Globalement, même si ce n’est pas une chanson que j’écouterai en boucle, ça s’écoute sans trop de problème. On reste musicalement dans l’esprit de la Team M, mais il y a malgré tout sa petite originalité dans le chant et les sonorités employées. Après c’est sur il manque un petit je ne sais quoi qui pourrait rentre la chanson plus enthousiasmante.

SELON MON INTERPRETATION PERSONNELLE

C’est une chanson qui parle de l’amour qui nous tombe dessus sans prévenir et quand il s’agit d'un coup de foudre sans lendemain, c’est compliqué émotionnellement car on a envie de le ou la revoir.

Le PV
Image
(Mirurun fait aussi vachement bien le « cri de Munch » !)
Le PV est complètement WTF et joue beaucoup sur l’humour et le mignon, malgré les images nettement moins « sage » : et vas-y que Nagisa et Akarin s’enlacent, Mirurun qui passe sa langue sur ses lèvres… le tout étant dynamité par les têtes pas possible que fait Miru. C’est un festival de mimiques ! De Funès, sort de ce corps !
L’ambiance étrange du PV est renforcé par les passages des filles de profil en mode un peu flamenco dans une sorte de vitrine. On dirait des poupées. C’est très bizarre. Mais ce n’est pas moche ! Visuellement, il y a quelque chose. C’est tout acidulé et il y a ce décalage entre le thème de la chanson, les sourires, les regards neutres, les mimiques catastrophées, le concours de gifles, le dégommage de cadeaux à coups-de-poing, le tout dans un décor AB productions, c’est à dire pas très détaillé, qui fait un peu carton, mais qui suffit quand même.

Le gros avantage du clip c’est qu’on voit tout le monde d’assez près, vu que les apparitions se font par petits groupes et qu’il n’y a pas de chorégraphie en plusieurs lignes. Au final on se retrouve avec un clip assez rigolo, plutôt agréable à regardé avec ses jolies couleurs qui vont bien ensemble et avec un gros côté surréaliste qui m’a vraiment bien plu.

Les uniformes (jaune ou rose) font un peu hôtesse de l’air (en fait c’est le nouveau clip des Passpo !). Ce qui est marrant, c’est quand elles sont toutes alignées, on voit qu’il y a vraiment de gros écart de tailles dans cette team.
_______________

LET IT SNOW (Team BII) (Type C)

On repart sur une rythmique rock assez pêchu accompagné d’un beat electronique et encore un solo de guitare électrique vers 2’40 (chez les NMB, on sait comment me faire vibrer !) . Les voix évoquent un peu le style Nogizaka au début pendant une trentaine de secondes. Après ça déroule dans du chant énergique plus classique.

Le titre fait peut être un peu plus bordélique que les autres et le let it snow qui revient probablement trop souvent sur quelques secondes laisse un petit arrière goût de répétition. Mais le titre s’inscrit dans la lignée des chansons un peu festive sans prise de tête et sans prétention. Du coup on se retrouve avec une chanson assez classique, sans trop d’originalité, mais qui n’est pas mauvaise pour autant. Ce n’est pas la chanson du siècle, mais ça s’écoute sans problème.

SELON MON INTERPRETATION PERSONNELLE

La chanson ne parle pas de la reine des neiges mais d’amour et de retrouvaille pendant une journée de merde (parce qu’il pleut). Et donc on voudrait bien que la pluie se change en neige (d'où le titre de la chanson) pour que ça devienne une belle journée enneigée avec des moufles, des bottes et un petit bonnet (ça le fait plus qu’un Kaway). Après ça parle de batifolage dans la neige. Quelle belle journée !

Le PV
Image
Le PV, qui donne un rôle relativement important à Saepii (joie !), est probablement celui qui bénéficie du moins de budget vu qu’on a tout claqué pour louer le studio pour tourner les 3 PV de la face A, acheté un ticket de train a Keicchi, racheté des décors à Jean Luc Azoulay pour la team M, ça commençait à faire beaucoup. Donc système D pour la team BII.

Elle s’en sortent plutôt bien finalement. J’aime beaucoup la petite chorégraphie trop mignonne avec la fausse neige qui tombe. Avec trois bouts de ficelles, la team BII réussi un clip rafraîchissant, dans un décor qui rappelle pourtant les pires moments de l’URSS.

Saepii et ces assistantes qui changent les vêtements de clodo en jolis vêtements ça ne colle pas trop avec les paroles (ou alors je n’ai rien compris, c’est possible aussi) mais c’est pas grave, faites comme si tout était normal !

Question à deux balles : qu’elle est cette console qui ressemble à une famicom vers 45 secondes ? Il me semble avoir déjà vu ces manettes. Serait-ce un clone low cost ? Mystère car je n’ai pas eu le temps de mener plus d’investigations jusqu’ici…

_______________


PRIORITY (Kinoshita Momoka) (Type D)

Momoka est une membre un peu à part dans le 48 avec son propre univers assez éloigné du côté assez girly/princesse/poupée habituel. Et pourtant, en dehors peut être de sa couleur de cheveux, elle ne dépareille pas dans le groupe et a largement de quoi nous surprendre en tant qu’artiste. Aujourd’hui, Momoka a l’honneur d’une chanson solo (après le Shortcut No Natsu de Riripon, finalement, ça tourne pas si mal que ça chez les NMB, vous voyez qu’il n’y a pas que Sayanee, on est avec Boku Wa Inai et Boku Igai no Dareka vers une phase d’ouverture à tous les talents du groupe et leur mise en avant progressive à divers degrés).

Et bien force est de constater que c’est aussi une réussite ! (j’ai été gâté dans ce single, j’aime tout ! ça n’arrive quand même pas souvent !). Je dirais même plus une agréable surprise. Plutôt dominé par un beat électronique épaulé par une guitare électrique, ce qui frappe dans ce morceau, c’est plutôt la partie vocale qui est une performance plutôt de bonne facture. On ajoute une mélodie fluide et la chanson est agréable à écouter, jamais ennuyeuse car assez entraînante, avec pas mal de variation et encore un solo de guitare électrique à 3’15 ! (Je vous promets que je n’ai rien demandé au staff des NMB !).

SELON MON INTERPRETATION PERSONNELLE

C’est une chanson qui parle d’amour, d’une rencontre avec une personne qui devient la priorité (d’où le titre, c’est formidable, on comprend tout !). Après il y a un trip un peu dark, ça ne se passe pas forcément très bien, il y a des pleurs, c’est terrible ! Avec pour conclusion que maintenant c’est elle (la personne rencontrée) la priorité. En gros c’est ça, on ne va pas chipoter, hein !


Le PV
Image
Le PV fait très « Versailles » (le groupe Versailles avec Hizaki) : Lustres luxieux, cheveux argenté de Momoka et costume classe. Momoka est épaulée dans la partie chorégraphie par les Kenkyuusei, ce qui est plutôt une idée sympa.

Le clip s’en tient à alterner chorégraphie et la fameuse histoire d’amour des paroles. Franchement c’est plutôt bien fait, esthétiquement ça claque quand même bien le contraste entre les costumes noir et les lustres illuminés. Les parties "histoire" sont également assez jolies je trouve. Bref, j’aime bien et je regarde ce PV avec grand plaisir.

En tout cas chez les NMB, on a compris que les projecteurs géants des Keyakizaka, c’était classe puisqu’on en a aussi ici. A défaut de trouver un autre truc original, c’est toujours ça de pris…


Taiyo ga Sakamichi wo Noboru Koro (Theater edition)

La fête n’est pas terminée car dans l’édition Theater, Les Kenkyuusei ont droit à leur chanson ! (Ne me dites plus que c’est encéphalogramme plat chez les NMB, on a dépassé le stade du frémissement là, avec pas mal de neuf, d'expositions ou de mouvements). La chanson est toute choupinette !

Très agréable à écouter, avec énormément de fraîcheur (c’est normal vu l’âge moyen), j’adore ce que ça donne niveau vocal. Si l’instru est plutôt bas de gamme, la mélodie est vraiment chouette et le chant offre de belles variations. Elle est très jolie cette chanson.

SELON MON INTERPRETATION PERSONNELLE

Il me semble que ça parle d’amour… Apparemment ça serait une rencontre (le fameux thème de la rencontre !) au levé du soleil. Les regards se croisent (je ne parle pas de strabisme mais bien de deux personnes qui se font face), se sourient et se disent bonjour. Et on souhaite se recroiser de nouveau mais plutôt le matin car le soir après l’école c’est compliqué. Et surtout demain je ne peux pas, j’ai piscine. Voilà en gros c’est ça…. mais vraiment en gros !
Image
Malheureusement il n’y a pas de PV pour cette fois, mais en regardant les performances live, j’ai pu observer une bien belle chorégraphie, dynamique, avec beaucoup de mouvements différents et des enchaînements très fluides. Franchement prometteuses, elles mériteraient d’être intégrées aux teams comme titulaires dès maintenant car ça à l’air de bien tenir la route dans tous les secteurs. En tout cas, espérons qu’elles persévèrent et ne se découragent pas car la on a une réserve très intéressante pour les NMB.



CONCLUSION :

je suis partie sur un bête a priori négatif sur la Face A. Au final c’était une erreur car le titre fait selon moi aussi bien que Boku wa inai mais dans un tout autre registre. Ce qui fait qu’on a eu 2 faces A excellentes dans deux styles différents d’affilé. Du coup je me demande si ça serait trop demandé de continuer sur cette lancée. Le prochain single peut potentiellement me faire peur car trois faces A excellentes de suite, c’est quand même pas forcément bingo à tous les coups. Mais d’un autre côté, ce que j’ai vu et entendu sur ces 15ème et 16ème single me donne aussi beaucoup d’espoir pour la suite que ce soit avec ou sans Sayanee.

En tout cas j’ai été bluffé par la chorégraphie. J’ai encore du mal à y croire et pourtant je l’ai re-visionné je ne sais combien de fois. Ça m’a énormément plu.

Autre chose, j’ai été agréablement surpris par la qualité de la production de ce single qui est globalement très bonne sur tous les titres. D’habitude on a un, deux voire trois titres joués au piano à piles et mixé n’importe comment ce qui fait qu’au lieu de 10 instruments on n’en entend plus que deux, cette fois ci, ce n’est pas le cas. Je ne sais pas si ils ont changés quelque chose, mais surtout ne touchez plus à rien !

Concernant les faces B en particulier, si on ne peut pas dire que toutes les chansons soient exceptionnelles, je pense en revanche qu’on peut dire qu’elles s’écoutent toutes avec un certain plaisir et que qualitativement c'est plus homogène que d'habitude. Un peu à l’image des clips, qui ne déchirent pas forcément, mais qui font leur petits effets.

Si il y a encore quelqu’un qui est arrivé jusqu’à ces dernières lignes (en dehors de Nikache qui lit tout sur le forum apparemment ^^), rassurez-vous, il n’y aura pas de version longue de « Mon avis sur… » à chaque fois (mais ponctuellement, sur un single en particulier, c'est possible). J’espère malgré tout vous avoir donné envie de vous intéresser un peu plus en détail à ce single qui m’a donc beaucoup plu et finalement, en tant que fan des NMB et du 48/46 en général, c’est bien là l’essentiel.
Last edited by KingKong48 on 23 Jan 2017, 21:35, edited 1 time in total.

User avatar
el magnifico48
Undermembers|Undermembers|Undergirls
Posts: 980
Joined: 20 Mar 2014, 01:39
Oshimen: Shiraishi Mai
Location: Quelque part dans le sud

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by el magnifico48 » 19 Jan 2017, 22:58

Très bonne critique, ça fait tout de même plaisir des critiques comme ça,
certes long, mais bon.

User avatar
Gocchisama
Kami7|Kami7|Kami7
Posts: 987
Joined: 08 Apr 2014, 11:37
Oshimen: Tomonaga Mio
Groupe préféré: HKT48
Team préféré: Team H

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by Gocchisama » 20 Jan 2017, 00:43

Ca me rappelle les volumes aux etats unis, et leur gallons de lait de 30 litres.

L'agencement du texte est pourtant parfait. rien à redire.
HKT48 Hako-Oshi
My twitter

User avatar
O_R La veed
Senbatsu|Senbatsu|Senbatsu
Posts: 1141
Joined: 19 Mar 2014, 21:05
Oshimen: Paruru
Groupe préféré: NMB48
Team préféré: Team N
Location: en bretagne

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by O_R La veed » 20 Jan 2017, 01:22

j'aimerais le lire plus tard par hazard tu aurais un doc à fournir kingkong ? :)
Watashi wa O_R La veed desu~
So kawaii desu~
Paruru
Murokana Ikuchan Xiao Ju Ling Anya Yukko
Keicchi Riripon Mio Naachan Abemaru Miorin Megumin Uha Umechan

User avatar
KingKong48
Upcoming Members|Upcoming Members|Upcoming Girls
Posts: 95
Joined: 05 Jun 2016, 20:52
Oshimen: Yamamoto Sayaka
Groupe préféré: NMB48
Team préféré: Team N

Re: NMB48 16th Single [Boku Igai no Dareka]

Post by KingKong48 » 20 Jan 2017, 18:39

O_R La veed wrote:j'aimerais le lire plus tard par hazard tu aurais un doc à fournir kingkong ? :)
Oui, j'ai uploadé une version des 2 posts réunis dans un fichier .pdf ici :

https://mega.nz/#!ZRUElD7B!HPZlxV1VwbXQ ... dCPL4pz1Ys

Merci tout le monde pour vos commentaires ! ^^
Last edited by KingKong48 on 23 Jan 2017, 22:14, edited 5 times in total.

Post Reply